Navigation Menu

Décrayonner Exhibition Cité Dentelle Mode

Cover-EXT_FR_RGB_light


intro-02

DECRAYONNER EXHIBITION

PRACTICAL INFORMATION

From april 1 to november 13, 2016

MUSEUM OF LACE AND FASHION


135 quai du Commerce – 62100 Calais
T. + 33 (0)3 21 00 42 30 –
www.cite-dentelle.fr

facebook.com/citedentelle
cite-dentelle@mairie-calais.fr

Every day except Tuesdays from 10 am to 6 pm.
(10am to 5pm from the 1st of November to the 31st of March)

Closed on 1st May.



Exposition-crayon

THE MUSEUM OF LACE AND FASHION is hosting an
exhibition on the creations of Anne Valérie Hash, an iconic fashion designer on the French scene, one of
the few fashion houses to receive the prestigious Haute Couture label. This exhibition – the first
dedicated to her in France – takes a look at her first 13 years of designing. It is not so much a
retrospective as an exploration of a world still under construction. Over a sensitively designed visitor
pathway, approximately one hundred models, unique garments, videos and exclusive documents reveal a
stylistic vocabulary and offer an analysis of the creative process. With the exception of loans from the
Palais Galliera – Musée de la Mode de la Ville de Paris, the pieces originate from the personal archives
of the Maison Anne Valérie Hash.


Introduction

by Anne-Claire Laronde, director of the Museum of lace and fashion


2016_AVH_Calais

TO INVITE ANNE VALÉRIE HASH and her fashion house to exhibit at the Museum of lace and
fashion in Calais is to open the museum’s doors to a fashion designer who is an authoritative figure in
her field. Although Anne Valérie Hash is an emerging designer for the general public who are
(re)discovering her in her new guise , she is nevertheless an established reference among her peers. A
virtuoso of the destructured cut, she has spent more than 10 years reinventing a feminine wardrobe that
tears up the codes of gender. Borrowing the basics from tailors for men, she deconstructs men’s fashion
in order to create a women’s fashion. The sophistication
and nobility in terms of know-how are expressed without grandiloquence. Wools and cottons rub shoulders
with silks and tulles, the purity of the fabrics converses with embroideries

AMONG HER FAVORITE FABRIC Anne Valérie Hash used woven lace, that jewel of the
industrial textile heritage of Europe. To invite her to present the entirety of her work as applied to
the lace collections is also to blazon the extent of the possibilities to which this noble material
lends itself. Bare backs, androgynous jumpsuits, asymmetrical dresses, light blouses and
retro-reflective tops, Anne Valérie Hash plays with customs to offer pieces in which
the delicacy of the lace is employed subtly and coherently. Her garments confirm her to be a fine
connoisseur and admirer of this complex material, one of the few designers to truly master the variety
of functions this little-understood textile is able to fulfil. Although not the primary subject of the
exhibition, a number of the pieces on show demonstrate this virtuosity. Evidence of this very special
affection.


Décrayonner Anne Valérie Hash

by Sylvie Marot (extract from the exhibition catalogue)


Tâche_0230-copie

DÉCRAYONNER, a lexical invention parading as a title? The question to be asked is not:
does this verb exist? But rather: Is it possible to create this verb? And if so, what meaning should be
assigned to it? (…) If the verb “crayonner” instils an idea of rapidity and immediacy, the addition of
the prefix to construct “décrayonner” would appear to suggest a notion of slowness and postponement.
Detail would appear to be set against the broad line. Above all, the reversibility of the gesture would
appear to be similar to the cinematographic process of reverse motion. “Décrayonner” exploits this
special effect in order to understand the ploy. (…) Makes the attempt, at least.

THE EXHIBITION Décrayonner details the creative act of a dressmaker who does not tackle
her stitching work with a pencil but rather with scissors and needle. This will not involve drawings,
sketches or drafts, but garments and fabrics and patterns. And where drawn lines do exist, these are
executed instead in tailor’s chalk. (…)


09d

THE COUTURE of Anne Valérie Hash initially lies in her “découtures”. In her
straightforward and fringed cuts, one discerns a taste for the unfinished, the trace of tearing in the
non-hemming. Her raw,even deliberately frayed edges constitute a dotted frontier between textile and
skin. This guipure stitch, this non finito, makes room for jacket edges and controlled
inlaying. The prismatic laces of «Pause» (summer 2014 collection) are the perfect
illustration of this.

TAKEN APART AND RE-CONSTRUCTED, unstitched and restitched, intentionally uneven, every
garment is observed through the detail. No matter the twisting of the fabric, the disorganisation of the
patterns,the multiplication of the elements, it is a question of creating balance from the preexisting
imbalance. Couture is the domain of the artist hand as much as the artisan
hand. Its luxury consists in taking the time to undo and to redo.


02DEF

ANNE VALÉRIE HASH questions the material nature of cloth. The cotton canvas and dry wool
of male suits are married with tulles and silk chiffons. Sequins and embroideries intensify the mattness
of the fabrics. The liquid effect of ultra-light organzas, the fluid effect of silk jerseys. Laces,
vintage or new,are blended together in complex multi-layers or are set against technical fabrics. To
weigh the depths of time, to project oneself into an accelerated future, it is the same thing.

HER CHROMATIC RANGE concentrates on blacks and ivories, washed colours and fleshes. The
black and white photographs of Michelangelo di Battista, the disturbing lighting of Bettina Rheims or
the powdered tones of Fabrice Laroche, appear to fix this selective colorimetry. In the charcoal wools
and antique laces, the sepia patina can be seen. (…) And yet, vivid colours burst through over time. But
more than colour, it is light that makes its entrance. The white
light of retro-reflective fabrics, the rainbowhued light of iridescent fabrics. Finally, in the
undulation of walking the pleats and drapes never tire of playing with shadows.


Sans-titre-23

DEFINITELY,, Anne Valérie Hash stitches the irreconcilable and weaves in opposites. She
balances the notions of modernity and of tradition. She unbalances symmetries and volumes. Anne Valérie
Hash brings opposites together without adversity. And she undoubtedly moves towards femininity.


The Journey


Tache_0119_prv

THE INTRODUCTORY PHASE of the exhibition takes place in the light-filled atmosphere of
an atelier. The visitor is greeted by about ten cloths placed on dressmaker’s dummies. The cloth is a
three-dimensional garment prototype. This dimensionalising of the basic pattern allows
for adjustments on the body. Once the paper pattern has been altered, the garment can
be constructed in the chosen fabric(s). The finishings (embroideries, appliqués) will
follow. On these griege cotton cloths, one can discern traces of tailor’s chalk, coloured
felt-tip pen, all indications of adjustments. These items, «working documents», are
rarely retained much less exhibited. These canvas cloths are garment drafts.


Tache_0035-copie

FEELING the fabric in the absence of being able to touch it (the fragility of the
fabrics prevents this). The absence of glass display cases marks the desire for proximity to the
garments. The intention is to reduce the distance between the garment as designed to be worn and the
article of clothing in its temporary guise as a museum exhibit. But above all, emphasis is placed on the
materiality of the fabrics. Black cases set off the garments simply. The titles are partially written in
chalk on school blackboards. There is nothing ostentatious about the art of Anne Valérie Hash. The
visitor is invited to focus on details. The challenge
is to perceive the intelligence of the styling behind a certain sobriety in the materials.


Tache_0104-copie

A THEMATIC JOURNEY
From the very first piece – a dress made from a pair of men’s trousers – to the very last – a suit in
lace and reflective fabric – a style asserts itself. The exhibition follows a chromatic course from
darkness towards the light. Within the 500m2 permanent exhibition space, the pathway is organised into
four key themes and thirteen stylistic sub-themes. These thirteen ensembles break from the chronology in
order to concentrate on the stylistic vocabulary. Verbs that express the gesture, that specify
the action or its consequence.

Crédits photos : Fabrice Laroche // www.fabricelaroche.com

maxi-Annevaleriehash-crayon

maxi-Annevaleriehash-crayon

Exposition Cite Dentelle Mode

Cover-EXT_FR_RGB_light


intro-02

L’EXPOSITION DECRAYONNER

INFORMATIONS PRATIQUES

Du 1er Avril au 13 novembre 2016

CITE DE LA DENTELLE ET DE LA MODE


135 quai du Commerce, 62100 Calais
T. + 33 (0)3 21 00 42 30 –
www.cite-dentelle.fr

facebook.com/citedentelle
cite-dentelle@mairie-calais.fr

Ouvert tous les jours, sauf le mardi. De 10h à 18h.
(et de 10h à 17h du 1er novembre au 31 mars)

Fermeture le 1er mai.



Exposition-crayon

LA CITÉ DE LA DENTELLE ET DE LA MODE invite
AnneValérieHash
, créatrice essentielle de la scène française, une des rares maisons à avoir
obtenu le label prestigieux de la Haute Couture. Cette exposition, la première à lui être consacrée en
France, retrace ses 13 premières années de création. Plus qu’une rétrospective, il s’agit d’une
exploration d’un univers en cours de fabrication. Une centaine de pièces vestimentaires uniques, vidéos
et documents exclusifs révèlent un vocabulaire stylistique et analysent le processus créatif. Les pièces
sont, à l’exception de prêts du Palais Galliera – Musée de la Mode de la Ville de Paris, extraites des
archives personnelles de la Maison Anne Valérie Hash.


Introduction

par Anne-Claire Laronde, directrice de la Cité de la dentelle et de la mode


2016_AVH_Calais

PARMI LES MATIÈRES de prédilection d’Anne Valérie Hash figure la dentelle tissée,
fleuron du patrimoine industriel textile européen. L’inviter à présenter l’ensemble de son travail en
regard des collections de dentelle, c’est aussi quelque peu donner à voir l’étendue des possibles
auxquels peut se prêter cette matière noble. Dos nus, combinaisons androgynes, robes asymétriques,
blouses légères et tops rétroréfléchissants,Anne Valérie Hash se joue des usages pour proposer des
pièces où la finesse de la dentelle est employée d’une façon subtile et cohérente. Ses vêtements
attestent qu’elle est une fine connaisseuse et amoureuse de cette matière complexe, l’une des rares
créatrices à maîtriser la variété
des usages que permet ce textile mal connu. Sans pour autant être le sujet principal de l’exposition,
nombre de pièces exposées font montre de cette virtuosité.

EXPOSER Anne Valérie Hash permet aussi une belle rencontre avec une
équipe vive et
soudée. Si la mode a l’usage de mettre en avant la figure du créateur, toujours elle se construit dans
la symbiose d’une équipe tres resserrée. Avec Anne Valérie Hash, cet exercice collégial s’est étendu
avec grand profit à la préparation de la présente exposition « Anne Valérie Hash. Décrayonner ». Sylvie
Marot, la commissaire de l’exposition, a oeuvré au plus près de la créatrice. Les créatifs qui
l’accompagnent témoignent d’une vivacité précieuse et communicative qui éveillera chez tous, nous
l’espérons, curiosité et intérêt sincère pour les subtilités de ses recherches créatives.


Décrayonner Anne Valérie Hash

par Sylvie Marot (extrait du catalogue d’exposition)


Tâche_0230-copie

DÉCRAYONNER, une création lexicale en guise de titre ? La question à se poser n’est pas
:
ce verbe
existe-t-il ? Mais plutôt ce verbe est-il créable ? Et si oui, quel sens lui donner ? (…) Si crayonner
engage une idée de rapidité et d’immédiateté, décrayonner sous-entendrait une notion de lenteur et de
recul. Aux grands traits, on opposerait le détail. Surtout, la réversibilité du geste serait similaire
au procédé cinématographique de la marche arrière. Décrayonner use de ce trucage pour comprendre le
truc. (…)
Tenter du moins.

AINSI L’EXPOSITION Décrayonner détaille la création en action d’une
couturière qui
n’aborde pas le
travail de couture par le crayon mais par le ciseau et l’aiguille. Il ne sera pas question de crayonnés,
de croquis ou d’esquisses, mais de vêtements, de toiles et de patrons. Et si trace de crayon il y a, ce
serait plutôt celle de la craie de tailleur. (…)


09d

LA COUTURE de Anne Valérie Hash réside initialement dans ses découtures. On devine dans
ses coupés francs
et frangés le goût de l’inachevé, dans le non ourlé la trace de l’arrachement. Ses bords laissés à vif
voire volontairement effilochés sont une frontière en pointillé entre textile et peau. De suture à
guipure, ce non finito laisse place aux bords dentelés et à l’incrustation maîtrisée. Les dentelles
prismatiques de « Pause » (collection été 2014) en sont la parfaite illustration.

DÉBÂTI ET REBÂTI, décousu et recousu, accidenté à dessein, chaque
vêtement s’observe à
travers le détail.
Peu importe la torsion des tissus, la désorganisation des patrons, la multiplication des éléments, il
s’agit de créer un équilibre à partir du déséquilibre préexistant. La couture est le lieu de la main
artiste comme de la main artisane. Son luxe consiste à prendre le temps de défaire et de faire.


02DEF

ANNE VALÉRIE HASH questionne la matérialité des étoffes. La toile de coton et la laine
sèche des costumes
d’homme se marient aux tulles et aux mousselines de soie. Les paillettes et broderies réveillent la
matité des étoffes. Effet liquide des organzas ultra légers, effet fluide des jersey de soie. Les
dentelles, chinées ou nouvelles, se mélangent dans des mille-feuilles complexes ou se confrontent à des
tissus techniques. Soupeser l’épaisseur du temps, se projeter dans un futur accéléré, c’est idem.

SA GAMME CHROMATIQUE se concentre sur les noirs et les ivoires, les
coloris lavés et les
chair. Les
photographies, noir&blanc de Michelangelo di Battista, les éclairages troublés de Bettina Rheims ou les
tonalités poudrées de Fabrice Laroche, semblent fixer cette colorimétrie sélective. Dans les laines
charbon ou dans les dentelles anciennes se
lit la patine sépia. (…) Et pourtant les couleurs vives percent avec le temps. Mais plus que la
couleur, c’est la lumière qui fait son entrée. Lumière blanche des tissus rétro-réfléchissants, lumière
arc-en-ciel des tissus iridescents. Enfin, les plissés et drapés, dans l’ondoiement de la marche, ne se
lassent pas de jouer avec les ombres.


Sans-titre-23

DÉFINITIVEMENT, Anne Valérie Hash coud les contraires et faufile les
opposés. Elle
équilibre les notions
de modernité et de tradition. Elle déséquilibre les symétries et les volumes. Anne Valérie Hash assemble
les opposés sans adversité. Et définitivement, elle chemine vers la féminité.


Le parcours


Tache_0119_prv

L’ENTRÉE EN MATIÈRE de l’exposition se fait dans une atmosphère
lumineuse
d’atelier. Une dizaine de toiles posées sur des mannequins de couturière accueille le visiteur. La toile
est un prototype de vêtement en trois dimensions. Cette mise en volume du patron de base permet les
ajustements sur le corps. Une fois le patron de papier modifié, le vêtement sera bâti dans le(s) tissus
choisi(s). Les ennoblissements (broderies, applications) suivront. Sur ces toiles de coton grège, on lit
les traces de craies de tailleur, de feutres colorés, autant d’indications d’ajustements. Ces
objets, documents de travail, sont rarement conservés, et encore plus rarement exposés. Ces toiles
crayonnées sont des brouillons de vêtements.


Tache_0035-copie

RESSENTIR la matière à défaut de pouvoir la toucher (la fragilité
des tissus ne
l’autorise pas).
L’absence des vitrines de verre marque le désir de proximité avec des vêtements. Il est question de
réduire la distance entre le vêtement destiné à être porté et l’objet vestimentaire momentanément
objetmusée. Mais surtout il s’agit d’insister sur la
matérialité des étoffes. Des boîtes noires enchâssent sobrement les vêtements. Sur les tableaux noir
ardoise d’écolier, les titres sont partiellement écrits à la craie. L’art de Anne Valérie Hash est peu
ostentatoire. Le visiteur est invité à se concentrer sur les détails. L’enjeu est de percevoir, derrière
une certaine sobriété des matières, l’intelligence des coupes.


Tache_0104-copie

UN PARCOURS THÉMATIQUE
De la première pièce, une robe construite à partir d’un pantalon d’homme, à la dernière, un costume
tailleur en dentelle et tissu réfléchissant, c’est un style qui s’affirme. L’exposition évolue
chromatiquement du noir vers la lumière. Au sein de la salle d’exposition permanente de 500 m2, le
parcours est organisé en quatre grandes thématiques et treize sous-thèmes stylistiques. Ses treize
ensembles se dédouanent de la chronologie pour se concentrer sur le vocabulaire stylistique. Des verbes
qui disent le geste, qui précisent l’action ou leur conséquence.

Crédits photos : Fabrice Laroche // www.fabricelaroche.com

Home


Exposition-crayon

THE MUSEUM OF LACE AND FASHION is hosting an
exhibition on
the creations of Anne Valérie Hash, an iconic fashion designer on the French scene, one of the few fashion houses to receive the prestigious Haute Couture label. This exhibition – the first dedicated to her in France –
takes a look at her first 13 years of designing. It is not so much a retrospective as an exploration of a world still under construction. Over a sensitively designed visitor pathway, approximately one hundred models, unique
garments, videos and exclusive documents reveal a stylistic vocabulary and offer an analysis of the creative process. With the exception of loans from the Palais Galliera – Musée de la Mode de la Ville de Paris, the
pieces originate from the personal archives of the Maison Anne Valérie Hash.

WORK IN PROGRESS

maquette-moz.fw

LA MAISON AVH

Photo-AVH

ANNE VALÉRIE HASH came into the world in 1971, in Paris. In 1991, she started her training at the Duperré School of Applied Arts. In 1995, she graduated from the Chambre Syndicale de la Couture Parisienne fashion school. Her audacity was rewarded in 2003, with the ANDAM fashion design prize. In 2007, the book Moments in time chronicled the early adventures of a fashion house. In June 2009, she was presented with the insignia of a Knight of the French Order of Arts and Letters by the Minister for Culture and Communication, Christine Albanel.

THE SAGA BEGAN IN 2001when she created her brand. Her first
collection in summer 2002, Fillemâle,
attracted notice. In July 2007, she presented a runway show on the official Haute Couture calendar
and was awarded the prized label in January 2008. There followed a collection for girls, «
Mademoiselle », and a second line, AVHASHBY Anne Valérie Hash. In 2014,Anne Valérie Hash took time
out, with the intention of returning to centre-stage reinvigorated in 2016.

Accueil

Exposition-crayon

LA CITÉ DE LA DENTELLE ET DE LA MODE invite Anne Valérie Hash, créatrice essentielle de la scène française, une des rares maisons à avoir obtenu le label prestigieux de la Haute Couture. Cette exposition, la première à lui être consacrée en France, retrace ses 13 premières années de création. Plus qu’une rétrospective, il s’agit d’une exploration d’un univers en cours de fabrication. Une centaine de pièces vestimentaires uniques, vidéos et documents exclusifs révèlent un vocabulaire stylistique et analysent le processus créatif. Les pièces sont, à l’exception de prêts du Palais Galliera – Musée de la Mode de la Ville de Paris, extraites des archives personnelles de la Maison Anne Valérie Hash.

WORK IN PROGRESS

maquette-moz.fw

LA MAISON AVH

Photo-AVH
ANNE VALÉRIE HASH voit le jour en 1971 à Paris. En 1991, elle débute sa formation à  l’école des Arts Duperré. En 1995, elle sort diplômée de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. En 2003, l’ANDAM prime son audace. En 2007, le livre Moments in time évoque les débuts d’aventures d’une maison de mode. En juin 2009, elle reçoit de la main de la Ministre de la Culture et de la Communication Christine Albanel les insignes de Chevalier des Arts et des Lettres.
L’HISTOIRE DÉMARRE EN 2001 quand elle crée sa marque, Fillemâle, sa première collection été 2002, se fait remarquer. En juillet 2007, elle défile au calendrier officiel Haute Couture et obtient le précieux label en janvier 2008. Suivront une collection « Mademoiselle » réservée aux fillettes et une seconde ligne AVHASHBY Anne Valérie Hash. En 2014, Anne Valérie Hash marque un temps de pause, pour mieux revenir sur les devants de la scène en 2016.